Rechercher
  • Dieulefit ensemble

La 5 G, pour le meilleur… ou pour le pire ?

Édito L’ordonnance du 25 mars 2020, allégeant la procédure de déploiement d’antennes-relais, inquiète le public et concerne directement les maires, qui se voient privés d’un droit de regard sur leur installation et leur devoir de protection des citoyens.  Quelle est donc cette nouvelle technologie ? Quels sont ses enjeux ?   Geneviève MORÉNAS


La 5 G, pour le meilleur… ou pour le pire ?

Crédit photo : geralt pixabay.com


Que nous promet la 5G ? « La 5G (…) est un véritable saut technologique destiné à répondre à l’explosion des besoins de connectivité et à développer de nouveaux services utiles pour l’homme, la société et la planète. »  Tel est le discours d’Orange. La 5G serait cent fois plus rapide que la 4G, avec une haute fiabilité. Elle répond à l’essor des smartphones et des objets communicants, de la télémédecine, de l’éducation en ligne et aussi des « villes intelligentes » (services, télésurveillance, voitures « autonomes »).  La 5G au Poët-Laval ? Le 2 avril, Free vient équiper un pylône TDF au Poët-Laval, juste après le vote de l’ordonnance 2020-306 du 25 mars. Le Collectif de riverains T2R du village, soutenu par de nombreux habitants et par les Amis de la terre 26, se mobilise contre toute installation ou mise en service d’une antenne-relais supplémentaire. Fausse-alerte : ce n’est pas la 5G dont le déploiement prend du retard à cause du confinement. Mais alors, pourquoi cette méfiance ?


Crédit photo : geralt pixabay.com


Des enjeux sanitaires Les systèmes de communications sans fil génèrent un brouillard d’ondes invisibles, nommé « électrosmog », généré par 72 M d’abonnés (pour 65 M de Français), 300 000 antennes relais, ainsi que plus de 150 000 répéteurs hertziens.  Le 3 février 2020, l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail), sous tutelle gouvernementale, reconnaît un « manque important, voire une absence de données relatives aux effets biologiques et sanitaires potentiels dans les bandes de fréquences considérées ». L’OMS a classifié toutes les radiofréquences de « cancérogènes possibles pour l’homme » en 2011.  Des enjeux éthiques Outre les questions de sécurité informatique, cette technologie inquiète car elle pourrait permettre à l’État de surveiller les individus (déplacements, occupations, opinions, achats) et de les contrôler (reconnaissance faciale). L’exemple chinois a convaincu près de 70 pays et tente les autorités françaises. Sur ces surveillances en progrès continu, voir ou revoir le documentaire "Tous surveillés : 7 milliards de suspects" (Arte, avril et mai 2020). Cf https://www.youtube.com/watch?v=8wN3emyA-ew Enfin, la 5G est un outil majeur pour s’approcher de l’objectif de remplacement de tous les services publics par des portails en ligne, fixé par le plan « Action publique 2022 ». Plan qui évince les usagers peu ou pas connectés, parmi lesquels les personnes âgées et les plus vulnérables. Compatible avec la transition énergétique ? L’économie d’énergie tant vantée par les promoteurs de la 5G serait annulée par la forte croissance des usages et des trafics. La 5G nécessite du matériel informatique adapté, donc des déchets supplémentaires et une utilisation de ressources rares et dont l’extraction est polluante.  Dans Le Monde du 20 février 2020, l’appel de mille scientifiques « Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire » fait remarquer que « continuer à promouvoir des technologies superflues et énergivores comme la 5G ou la voiture autonome est irresponsable à l’heure où nos modes de vie doivent évoluer vers plus de frugalité ». Conclusion L’installation simplifiée des antennes-relais de mars 2020 est contestée par des collectifs de riverains, notamment pour motifs de santé.  Bien que nous soyons conscients des apports du numérique, les risques énoncés pour la 5G exigent notre vigilance. Demandons à nos mairies d’obtenir des études sanitaires d’impact sur la 5G, au nom du principe de précaution, comme le Maire de Grenoble l’a fait. Dieulefit ensemble organisera une réunion publique à l’automne 2020 sur la 5G et la numérisation de notre territoire à l’occasion de l’arrivée prochaine de la fibre optique à partir de 2021. 

Cédric Chastel, Frédéric Steine et Laurence Girard Édition : Dieulefit ensemble – Osons une transition heureuse Responsables de la publication : Geneviève Morenas et Christian Bussat


Pour aller plus loin :

La 5G : quel impact sur la santé et l'environnement ? - La terre au carré - France Inter

Pourquoi il faut arrêter la 5G - Position de la ville de Grenoble

Checknews - le gouvernement a-t-il généralisé la 5G pendant le confinement ? - Libération

Pourquoi le déploiement de la 5G ne suscite-t-il aucun débat de société ? - maisouvaleweb.fr

49 vues

La démocratie participative est l’affaire de tous.

REJOIGNEZ-NOUS !

Nous devons reprendre notre pouvoir de citoyen de décider de notre vie et de notre avenir. Nous n’élisons pas des représentants pour qu’ils décident à notre place, mais pour qu’ils mettent en oeuvre ce que nous avons décidé. 

 

Dieulefit Ensemble met en place un fonctionnement qui implique les dieulefitois au coeur de la prise de décision. A nous de nous y engager pour construire ensemble un avenir écologique et démocratique.

APPEL FINANCIER

Pour continuer sa campagne électorale jusqu'au second tour, Dieulefit ensemble a besoin de votre soutien financier. Nous ne voulons dépendre que de vous!

 

Vos pouvez nous faire parvenir un chèque libellé à l'ordre de "Geneviève MORIN et Christian BUSSAT"* à l'adresse suivante: 

Jacques GLAYSE 535 chemin des Ventes 26220 Dieulefit.

Ou par virement bancaire en utilisant le RIB suivant : 

ETABL      GUICHET      N° DE COMPTE     CLE RIB

20041        01007            2161333Y038          38

IBAN :

FR91 2004 1010 0721 6133 3Y03 838

Merci pour votre soutien!

*titulaires du compte joint ouvert pour la campagne

Quelques voix peuvent faire la différence !

 

Le 28 juin prochain, pour le 2e tour des élections municipales, si vous ou une personne de votre entourage ne pouvez vous déplacer au bureau de vote, il est très simple de voter par procuration

 

Il suffit de vous rendre dans la gendarmerie ou le commissariat de votre choix avec le nom de naissance, le prénom, l’adresse et la date de naissance de la personne à qui vous donnez procuration.

 

Les procurations pour le second tour initialement prévu le 22 mars restent valables pour le 28 juin.

  • Facebook